Long Vines Left

Comprendre la libido 

Par Marion Baudier Melon, experte nutri-thérapeute 

 

Saviez-vous que la libido est le fait de nos hormones, mais aussi de ce qu’il se passe dans notre tête ? qu’il est normal d’avoir envie certains jours, pas envie d’autres jours ? que l’état de notre libido peut en dire long sur notre physiologie… ou notre bien-être ? Voici quelques éclairages pour mieux la comprendre.  


La libido, c’est quoi ?  

Le terme « libido » a été introduit dans le vocabulaire psychanalytique par S. Freud à la fin du XIXe siècle pour désigner l'énergie des pulsions sexuelles. Du latin libido qui signifie désir, la libido désigne le sentiment de désir sexuel.  
 

La libido, comment ça marche ?

La libido est le fait de nos hormones sexuelles.  

Chez les femmes, les hormones fluctuant tout au long du cycle menstruel, la libido est elle aussi cyclique. La libido est en effet encouragée par la sécrétion d’œstrogène et d’hormones androgènes.  

L’œstrogène est sécrété notamment pendant la première partie du cycle, et est particulièrement abondant avant l’ovulation. C’est la période où la femme est fertile. Les hormones androgènes chez la femme jouent aussi un rôle dans le désir, la libido et l’ovulation et sont à leur pic à ce moment-là du cycle. Il est donc commun pour une femme d’avoir davantage de libido la semaine précédant l’ovulation et le jour de l’ovulation.  

Chez l’homme, c’est la testostérone qui est responsable de la libido. Elle fluctue selon un cycle journalier : de la même manière que le cortisol, la testostérone est plus élevée le matin et moins élevée le soir.  

Mais la libido ne se passe pas qu’au niveau de nos organes génitaux : elle se passe aussi dans la tête. En effet, si l’on est stressé, que le contexte ne nous semble pas engageant, que l’on n’est pas disponible sur le plan émotionnel… bref que notre bien-être n’est pas optimal, la libido peut être inhibée.  
 

Pourquoi je n’ai pas de libido ?  

De nombreuses raisons peuvent expliquer un manque de libido. En voici quelques-unes :  

  • Stress : en situation de stress, notre organisme a pour priorité de combattre ce stress. Il va donc se concentrer sur cette mission et « éteindre » certaines fonctions non essentielles comme la libido.  

  • Déséquilibres hormonaux : trop peu d’œstrogènes ou d’androgènes peut minimiser la libido.  

  • Rythme circadien déréglé : le rythme circadien est notre « horloge biologique » de 24h. Elle est régulée par la production de cortisol qui augmente le matin pour nous donner de l’énergie, et réduit le soir pour favoriser le sommeil. Quand on est fatigué le matin et énergique le soir ou que l’on a des difficultés de sommeil par exemple, c’est souvent un signe que notre rythme circadien est déréglé. Cela peut dérégler les hormones sexuelles et ainsi réduire la libido. 

  • Pilule contraceptive : la pilule empêche l’ovulation et la production d’hormones par les ovaires. Sous pilule vous n’avez pas de montée d’œstrogène avant l’ovulation et moins d’androgènes. Par conséquent la libido est inhibée.  

  • Partenaire de long terme : si vous êtes avec votre partenaire depuis un certain moment, la libido peut décliner. Au début de la relation, le cerveau sécrète de la dopamine, l’hormone qui nous fait sentir amoureux, et ressentir de l’excitation. Au bout d’un moment, l’effet de nouveauté ou d’excitation redescend et la dopamine également.  
     

Que faire pour raviver ma libido ?  

  • Réduction du stress : la méditation, le yoga ou encore les exercices de respiration peuvent nous aider. Les plantes peuvent elles aussi nous apaiser : la valériane, la camomille, la passiflore ou encore la lavande qui calment le système nerveux, favorisent la relaxation et le bien-être. Des plantes adaptogènes comme le tulsi, l’ashwagandha ou encore le shatavari peuvent nous permettre de moduler notre réponse physiologique au stress et de mieux le supporter.  

Retrouvez la camomille, la valériane et la lavande dans l’infusion Nuit Paisible de Pukka.  
Retrouvez le tulsi dans l’infusion Tulsi Clarté d’Esprit de Pukka. 
 

  • Les plantes au service de la libido : au-delà de la gestion du stress, l’ashwagandha et le shatavari sont des plantes qui peuvent favoriser la libido. Une étude a montré que les femmes prenant de l’ashwagandha au quotidien pendant un mois ont vu une amélioration significative de l’excitation. Il n’y a pas de contrindication à prendre de l’ashwagandha si l’on prend la pilule, ce qui peut éventuellement aider les femmes sous contraception hormonale à avoir une vie sexuelle plus excitante. D’autres plantes aphrodisiaques peuvent nous être utiles, comme le maca, cette racine provenant d’Amérique du Sud et utilisée depuis longtemps par les Quechua en ce sens.  

Retrouvez le shatavari dans l’infusion Au Féminin de Pukka.  
Retrouvez l’ashwagandha dans le complément alimentaire Ashwagandha Holistique de Pukka. 
 

  • Favoriser un sommeil de qualité : afin d’assurer une production saine d’hormones sexuelles. Nous vous invitons à lire notre article sur le sommeil.  

  • Vivre selon les variations de lumière naturelle : autrement dit caler notre activité selon le rythme du soleil. S’exposer à la lumière naturelle dès le matin et dans le courant de la journée, éviter les écrans et les lumières LED à la nuit tombée, limiter les stimulants le soir, et concentrer nos activités durant la journée plutôt qu’en soirée aident à réguler le rythme circadien et notre bien-être  

  • Raviver la flamme : si vous êtes avec un partenaire de longue date, utilisez votre imagination pour raviver la flamme : vous pouvez par exemple prévoir une escapade ou une soirée romantique. 
     

Si vous souffrez de déséquilibres hormonaux ou prenez une pilule contraceptive, nous vous encourageons à consulter un gynécologue.  


Une des principales clés de la libido réside avant tout dans notre bien-être global : soyons bien dans notre corps et dans notre tête. Un objectif ambitieux dont les solutions sont finalement propres à chacun, ce qui nous invite à l’exploration personnelle.  

 

Sources :

Baburski AZ, Andric SA, Kostic TS. Luteinizing hormone signaling is involved in synchronization of Leydig cell’s clock and is crucial for rhythm robustness of testosterone production†. Biol Reprod. 2019;100(5):1406-1415. doi:10.1093/biolre/ioz020 

Brambilla DJ, Matsumoto AM, Araujo AB, Mckinlay JB. The Effect of Diurnal Variation on Clinical Measurement of Serum Testosterone and Other Sex Hormone Levels in Men. Published online 2009. doi:10.1210/jc.2008-1902 

Choi JH, Lee SH, Bae JH, et al. « Effect of Sleep Deprivation on the Male Reproductive System in Rats. » Korean Med Sci. 2016;31:1624-1630. doi:10.3346/jkms.2016.31.10.1624 

Dongre, S., Langade, D., Bhattacharyya, S. “Efficacy and Safety of Ashwagandha (Withania somnifera) Root Extract in Improving Sexual Function in Women: A Pilot Study”, BioMed Research International (2015) 

Davis, Susan R., and Jane Tran. « Testosterone influences libido and well- being in women. » Trends in Endocrinology & Metabolism 12, no. 1 (2001): 33-37  

Feinberg, D.R., Jones, B.C., Law Smith, M.J. et al. « Menstrual cycle, trait estrogen level, and masculinity preferences in the human voice. » Hormones and Behavior 49, no. 2 (2006): 215-222  

Gildersleeve, K.A., Haselton, M.G., Larson, C.M. & Pillsworth E.G. « Body odor attractiveness as a cue of impending ovulation in women: Evidence from a study using hormone-confirmed ovulation. » Hormones and Behavior 61, no. 2 (2012): 157-166  

Goth, Christian, P. Frank-Hermann, A. Schmoll, E. Oderhart, and G. Freundl. « Cycle characteristics after discontinuation of oral contraceptives. » Gynecological Endocrinology 16, no. 4 (2002): 311-313  

Luboshitzky R, Zabari Z, Shen-Orr Z, Herer P, Lavie P. « Disruption of the nocturnal testosterone rhythm by sleep fragmentation in normal men. » J Clin Endocrinol Metab. 2001;86(3):1134-1139. doi:10.1210/jcem.86.3.7296  

Panzer Claudia, Sarah Wise, Gemma Fantini, Dongwoo Kang, Ricardo Munarriz, Andre Guay, and Irwin Goldstein. « Impact of oral contraceptives on sex hormone-binding globulin and androgen levels: a retrospective study in women with sexual dysfunction. » The Journal of Sexual Medicine 3, no. A (2006): 104-113  

Zimmerman, Y., M.J.C. Eikjemans, H.J.T. Coelingh Bennink, M.A. Blankestein, and B.C.J.M. Fauser. « The effect of combined oral contraception on testos- terone levels in healthy women: a systematic review and meta-analysis. » Human Reproduction Update 20, no.1 (2014): 76-105  

 

 

 

Long Vines Right